Articles

Participation de ASAP au premier séminaire de co-construction du Living lab Algopo

Le 9 mars dernier était organisé le premier séminaire de co-construction du Living lab Algopo. Se sont ainsi réunis des chercheurs et chercheuses, des acteurs et actrices de la société civile, des représentantes et représentants des territoires, de la fonction publique territoriale, d’entreprises, etc. Ce premier séminaire a été l’occasion de réaffirmer le caractère novateur du Living lab Algopo, structure qui permet de faire de la recherche avec des acteurs et actrices de la société civile auxquelles on reconnait une véritable expertise scientifique. Le Living lab Algopo repose également sur une interdisciplinarité large et concrète pour travailler dans le champ de l’action publique, liée en particulier au numérique, à la santé et à l’environnement.

Le Living lab Algopo fait suite au projet PEPS-ALGOCIT qui portait les mêmes valeurs puisqu’il visait à développer un travail pluridisciplinaire sur le rôle des algorithmes dans la société, et en particulier sur l’algorithme d’APB et sa gestion des filières en tension. Il permet aussi la mise en place de dispositifs de co-décision numérique, un axe de travaux du Living lab Algopo mais aussi un mode de fonctionnement à part entière (avec notamment l’utilisation de Decidim dans les processus de prise de décision au sein du Living lab Algopo).

Le travail en ateliers mené dans la seconde moitié du séminaire a permis d’explorer ce que le projet inspirait aux personnes présentes, quelles valeurs, quelles activités de partenariat, et nous a permis de décrire quelles actions le Living lab Algopo pouvait mener. Il en est ressorti que les valeurs défendues par le Living lab Algopo étaient des valeurs partagées par l’ensemble des personnes présentes qui avaient la volonté de développer des projets ensemble. La transition numérique semble bien poser des questions liées à la démocratie et aux processus démocratiques et il y a un réel enjeu à travailler sur ces questions. Il faudra également garder une approche critique de la technologie, qui n’est pas toujours un objet naturel et évident, et qu’il s’agira de mieux cerner et comprendre, en la mettant au service du plus grand nombre.

Les projets menés au sein du Living lab Algopo ne devront cependant pas se limiter à de la codécision, mais devront aussi faciliter la mise en place de co-conception. De même, il faudra veiller à aller jusqu’à l’évaluation, en se posant la question de la meilleure façon d’évaluer l’impact de dispositifs, notamment de politiques publiques, et en testant ces impacts en vie réelle, au-delà des méthodes expérimentales qui se limitent parfois à des problèmes construits et/ou modélisés dans un monde clos.

Enfin, le Living lab Algopo pourra être un espace de réflexion privilégié en ce qui concerne la façon dont les résultats de recherche scientifiques sont proposés aux acteurs et actrices de l’action publique. En effet, et comme le soutient l’observatoire Action Sociétale et Action Publique (ASAP), il est possible de concevoir la politique publique autrement, et de l’accompagner par d’autres voies, notamment en mettant à disposition les résultats de recherche de façon accessible, intelligible et opérationnelle. Une réflexion, en partenariat avec l’observatoire ASAP est donc en cours et pourra être menée en termes de policy design.

Olivier Meier et Lolita Rubens

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *