• Nourrir les débats scientifique et public : fonctions régaliennes (défense, sécurité, sûreté), politiques sociale et culturelle (culture, diversité, éducation, précarité, santé), politiques de relance et de croissance (soutien aux entreprises, à l’innovation, digitalisation), décentralisation/centralisation, subsidiarité, espace public réel et virtuel, dialogue social… 
  • Favoriser les échanges entre des acteurs d’univers et de disciplines différents (droit, sociologie, sciences politiques, économie, gestion…), pour les inciter à collaborer dans le cadre de projets transversaux au service de l’amélioration de l’action publique et du développement des territoires