Forum de l’enseignement technologique et professionnel

Le mercredi 3 juin 2020 après-midi, les Internautes se connectant sur le site de l’Université Paris Est Créteil, pouvaient visiter le forum de l’enseignement technologique et professionnel. Pour sa quatrième édition, cet événement, initié par des formateurs du site de Saint de Denis de l’INSPE [i] avait lieu à distance. Organisé sous forme de stands indépendants, il permettait aux visiteurs d’échanger avec les étudiants autour des questions qu’ils avaient jugées essentielles cette année : débattre des questions de société avec les élèves ; adapter la pédagogie à la diversité des élèves ; utiliser le numérique dans et hors la classe ; transformer sa pratique professionnelle en mobilisant la pédagogie par le jeu; faire coopérer les élèves ; co-animer des projets de formation ; questionner l’évaluation; faciliter le bien être à l’école et motiver les élves.

Ce forum fait partie intégrante de la formation initiale des étudiants inscrits dans les cursus Master ou DU qui préparent aux métiers de l’enseignement dans les voies technologique et professionnelle. L’objectif est triple : valoriser les travaux faits au cours de l’année que ce soit à l’INSPE ou dans leurs établissements scolaires d’accueil ; développer des compétences collectives et assurer le lien entre formation initiale et formation tout au long de la vie.

Ce forum se prépare au sein d’un dispositif de formation original, nommé FICA (Formation Initiale et Communauté d’Apprentissage). Le cadre, très précis, est présenté dès le mois de janvier aux étudiants pour faciliter au maximum leur implication. Tout d’abord, ils peuvent s’exprimer sur les thématiques qu’ils souhaitent aborder et les travaux qu’ils souhaitent présenter. Ensuite, ils s’inscrivent dans des ateliers qui ont été organisés à partir des propositions reçues. Enfin, trois demi-journées permettent d’engager une réflexion collective à partir des travaux réalisés et d’en préparer une synthèse pour animer le stand. Il est également proposé aux étudiants d’expérimenter l’animation d’un collectif de travail. Les volontaires sont accompagnés dans cette fonction par un formateur de l’INSPE. Un guide d’animation très précis est mis à disposition pour proposer un déroulement des ateliers, mais aussi préciser les contraintes liées à l’organisation matérielle du forum.

Cette formation est en lien fort avec le référentiel de compétences des enseignants qui inscrit en particulier les capacités d’initier des projets collectifs et de réfléchir (seuls ou entre pairs) sur les pratiques professionnelles. A ce moment essentiel dans le parcours de l’enseignant, entre formation initiale et engagement dans le métier, la découverte de la richesse de l’apprentissage collectif paraît essentielle. Dans un système de formation (que ce soit à l’université ou dans les établissements scolaires) où la pédagogie transmissive reste fortement ancrée dans les pratiques et les représentations sur l’apprentissage, il est important de poser le regard sur d’autres modèles. C’est pourquoi, nous avons mobilisé les travaux de recherche sur l’apprentissage par l’expérience, le développement de compétences collectives et les concepts de communauté d’apprentissage/ communauté de pratique pour concevoir ce dispositif de formation. L’apprentissage collectif n’est pas nouveau, mais il prend des formes variées en fonction des contextes socio-historiques (Cristol, 2017). La notion de communauté d’apprentissage est apparue dans les années 90 au moment où les organisations sont questionnées. Même si les définitions changent selon les auteurs, le principe de base est de développer des relations plus collaboratives en mettant en évidence l’importance de la mise en commun des efforts, des talents et des compétences de chacun et en valorisant la dimension sociale de l’apprentissage (Orellana, 2012). Etienne Wenger, a développé à partir de ses travaux sur l’apprentissage situé, le concept de « communauté de pratique ». Ses derniers travaux montrent que les communautés de pratique sont plutôt des processus permettant de faire converger une multiplicité de trajectoires d’apprentissage. La notion de « knowledgeability », définie comme la capacité d’un individu à « moduler » ses diverses formes d’appartenance, devient centrale (Lièvre, Bonnet & Laroche, 2016). Cette approche est à souligner car elle permet de penser la notion « de parcours de formation » qui s’impose dans le vocabulaire institutionnel, mais que les acteurs ne savent pas très bien appréhender.

La quatrième édition du forum nous a montré que les étudiants, malgré des conditions difficiles (certains devaient concilier suivi de leurs élèves, garde de leurs enfants et formation à distance) ont répondu présents. L’une des raisons est probablement liée à l’opportunité qui leur est offerte de travailler sur les sujets qui les préoccupent. Au moment, où s’engage une nouvelle réforme de la formation des enseignants, il faut souligner que depuis 4 ans nous retrouvons des constantes dans les préoccupations des étudiants. Majoritairement, ils interrogent leurs pratiques et cherchent de nouveaux outils pour faciliter les apprentissages. Beaucoup se questionnent aussi sur la manière de prendre en compte les élèves à besoin particuliers et sur la façon de motiver les élèves. Le travail collectif est également très présent dans les ateliers : Comment mutualiser des ressources ? Comment co-animer ? Comment développer les projets pluridisciplinaires ?

Notons cette année, l’émergence d’une nouvelle question : comment prendre en compte les questions de société dans les classes ?

Maryvonne Dussaux

Références

Cristol D. « Les communautés d’apprentissage : apprendre ensemble ». Savoirs 2017/1(N°43), P. 10-55

Lièvre P., Bonnet E.&Laroche N. (2016). Etienne Wenger. Communauté de pratique et théorie sociale de l’apprentissage. Cormeilles le Royal : Ems Editions.

Soulier E. Audran J (dir.). (2017). Communautés de pratique et management de formation.

Préface d’Etienne Wenger-Trayer. Université de technologie de Belfort Montbelliard.

[i] Les Instituts Nationaux Supérieurs du Professorat et de l’Education sont intégrés au sein des Universités.  Issus des transformations successives des IUFM puis des ESPE, ils ont en charge la formation des enseignants du premier et du second degré. Depuis, 2013 ils préparent au Master MEEF, Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la Formation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *